NEADS Logo - Accueil
Trouvez-nous sur : Facebook YouTube

QuestionQuestion:
Est-ce qu’il y a une organisation qui représente tous les Canadiens et les Canadiennes ayant des déficiences?


Événements prochains

Voir d'autres événements

Autre site d'intérèt


Advertisement



Rapports

Compte rendu du Forum sur le leadership étudiant de NEADS à Montréal

Montréal, Québec
Samedi, 6 avril 2002

Préparé par Neil Faba & Steven Estey

Introduction

Depuis 1998, NEADS a parrainé dix forums sur l'emploi et le leadership des étudiant-e-s handicapés qui ont été tenus à Montréal, Ottawa, Calgary, Saint-Jean (T.-N.), Antigonish, Yellowknife, Winnipeg Toronto et, plus récemment, de nouveau à Montréal. Des comptes rendus détaillés de chacun de ces forums sont disponibles sur le site Web de NEADS à http://www.neads.ca. Les idées et les questions soulevées par les participants aux six derniers forums se rapportent à plusieurs secteurs distincts : le soutien aux organisations dans les campus, le soutien aux étudiant-e-s, les services internet élargis, les liens avec les écoles secondaires et les différences entre les établissements postsecondaires de petite et de grande tailles.

Conscients de l'importance des questions touchant le marché du travail et l'accès aux yeux des étudiant-e-s diplômés, les membres du Conseil d'administration avaient déjà convenu dans leurs rapports précédents de miser sur leurs succès, et de donner une place proéminente aux discussions relatives à l'emploi lors de ces forums. Cette décision souligne l'importance des questions relatives aux débouchés de travail, à l'accessibilité des diplômés au marché du travail, aux emplois d'été et au travail partiel pour ceux qui sont encore aux études. Il faut souligner que l'ensemble des membres de l'Association ont discuté en profondeur de ces questions lors de la conférence nationale tenue à Ottawa en l'an 2000 et intitulée: " Réseauter, éduquer, revendiquer : livrer la réussite dans le nouveau millénaire ". Suite à la décision du Conseil d'administration, NEADS a procédé à l'établissement d'un partenariat avec la Direction Initiatives Jeunesse de Développement des ressources humaines du Canada (DRHC) afin d'ajouter cet élément au programme dans quatre localités en 2001-2002: Winnipeg, Toronto, Victoria et Montréal. Les forums de l'année 2001-2002 sont parrainés par des ententes de contribution avec la Direction Initiatives Jeunesse (programme Information Initiatives Jeunesse). Les hôtes seront les membres du Conseil d'administration de NEADS et pourront compter sur l'aide du bureau national de l'Association et d'un consultant du projet.

Photo du discussion Les étudiant-e-s handicapés sont invités à participer à ces forums pour faire part de leurs points de vue sur les questions abordées. Un certain nombre de groupes et d'organismes ont été invités à venir discuter avec les étudiant-e-s soit des représentants régionaux de DRHC, des employeurs et des agences de placement, des leaders étudiants et des représentants d'organismes communautaires.

Le présent compte rendu porte sur les travaux du forum Emploi et Leadership des étudiant-e-s ayant des incapacités qui a eu lieu le samedi 6 avril à Montréal.

Photo du discussion Cet évènement a été organisé avec l'appui de notre groupe membre québécois, l'Association québécoise des étudiants ayant des incapacités au postsecondaire (Québec Association of Post-Secondary Disabled Students), AQEIPS. Nous remercions Serge Brassard, Directeur général de l'AQEIPS. Serge nous a aidé à publiciser le forum auprès des étudiants de la province et à identifier des présentateurs pour les panels sur l'emploi et le leadership. Susan Vida, la représentante de NEADS au Québec était la modératrice du forum et a fait un excellent travail en maintenant les discussions sur la bonne piste. Steve Estey, consultant auprès de NEADS pour le projet des forums sur l'emploi et le leadership, a accueilli les participants et expliqué les objectifs du projet et de la réunion. Il a aussi clôturé la réunion en s'adressant aux participants.

La journée a été subdivisée en deux ateliers distincts portant sur les thèmes suivants : le leadership étudiant et l'emploi. La discussion au sein de ces trois ateliers était structurée de façon semblable, soit l'allocution de panélistes introduisant chacun des sujets et assurant la mise en contexte, et la tenue de discussions en petits groupes sur un ensemble de questions déjà choisies. Les deux sessions ont été presidées par Susan Vida. À l'issue de chacun des ateliers, les groupes devaient donner un compte rendu de leurs conclusions aux participants réunis en plénière. Le présent compte rendu emprunte la même structure.

Environ 40 personnes ont assisté au forum au cours de la journée. La plupart des étudiant-e-s étaient des jeunes handicapés poursuivant des études au collège, à l'université ou au Cégep. Les participants incluaient des étudiant-e-s et des fournisseurs de services représentant le Cégep du Vieux Montréal, l'Université Laval, l'Université de Montréal, le collège Dawson et Concordia. Des services d'interprétations ont été disponibles pendant toute la durée du forum.

Atelier A: Leadership étudiant

Panel:

  • Gerard Crête, AQEIPS
  • Susan Vida, la représentante de NEADS au Québec (présidente)
  • Louis Chabot, Président, ADEHUL (Université Laval)
  • Chris Gaulin, Collège Dawson

Gerard Crete

Gérard a ouvert le premier panel de la journée en parlant de son travail avec l'AQEIPS, et les accomplissements de l'Association. Gérard a dit avoir commencé à travailler avec l'AQEIPS peu de temps après être entré au CEGEP. Il est membre de l'Association depuis ce temps-là. La mission de l' AQEIPS est de rendre les études postsecondaires accessibles à tout étudiant québécois ayant des incapacités et de favoriser l'intégration des étudiants ayant une déficience physique, sensorielle ou ayant des troubles d'apprentissage ou des problèmes de santé mentale dans les institutions d'enseignement postsecondaire publiques et privées.

Le groupe accomplit ses objectifs en entreprenant des activités telles que: promouvoir la défense des droits et des intérêts des étudiants ayant des incapacités; informer et sensibiliser la population au vécu et aux besoins de ces étudiants; utiliser les médias ou toute autre avenue servant à disséminer des informations; et encourager l'embauche des étudiants ayant des incapacités sur le marché régulier du travail

Gérard a aussi parlé des bourses que l'AQEIPS accorde chaque année à des étudiants méritants ayant des incapacités et poursuivant des études post-secondaires à différents niveaux. Il a confié que les bourses de l'AQEIPS permettent "aux personnes ayant des incapacités de poursuivre leurs études et les encouragent à défendre leurs droits, à jouer pleinement leur rôle social et à chercher à recouvrir les coûts supplémentaires reliés à leur incapacité." Cinq catégories de bourses sont accordées par l'AQEIPS: pré-université; CEGEP; Collège technique; études universitaites de premier cycle; Maîtrise et Doctorat.

Louis Chabot

Le second présentateur, Louis Chabot ainsi qu'Erick Bouchard, autre membre du Conseil d'administration de l'ADEHUL, ont parlé de leur groupe de campus, l'Association des étudiantes et étudiants handicapé(es) de l'Université Laval. Comme Louis l'a expliqué aux participants du forum, l'ADEHUL a été créé en 1996, afin de répondre aux besoins des étudiants handicapé(es) de l'Université Laval. Le groupe cherche à favoriser la participation pleine et entière des étudiantes et étudiants handicapés à la vie universitaire, et d'aider ces étudiants à faire tomber les barrières qui les empêchent quelquefois de terminer leurs études et d'obtenir leur diplôme. L'organisation fournit des services conçus pour assurer l'accessibilité physique des bâtiments et des lieux ainsi que des services sur le campus permettant aux étudiants handicapés d'obtenir un meilleur accès sur le campus universitaire et travaille à sensibiliser la communauté universitaire et le milieu à la réalité des personnes handicapées. L'ADÉHUL siège au comité qui injecte 25 000 $ sur le campus pour la réalisation de projets et d'aide pour les personnes handicapées. Louis annonce également que l'ADEHUL cherche à fournir un service de parrainage entre les étudiants qui viennent de commencer leurs études universitaires et des étudiants plus avancés dans leurs années d'études, afin de faciliter la transition des jeunes étudiants.

Outre le travail qu'elle accomplit sur le campus, l'ADEHUL cherche à favoriser le développement d'échanges et de collaborations ainsi que l'organisation d'activités importantes en milieu communautaire. Les liens étroits que l'organisation entretient avec différents départements universitaires et d'autres organismes ont abouti à des travaux importants de recherche et des activités de planification de conférences. Le groupe maintient des liens avec la personne chargée des services aux étudiants handicapés au ministère de l'éducation du Québec et Louis a constaté que la relation a amené des améliorations dans les services fournis par le Québec. L'ADEHUL a réussi à faire pression et à obtenir que des bourses accordées par une organisation et qui avaient été coupées sans raison valable soit accordées de nouveau et qu'une caisse populaire locale améliore l'accès à ses locaux.

"Ce sont les étudiants handicapés qui sont les plus aptes à comprendre le genre de problème qui est mis sur leur chemin et nous sommes les mieux placés pour offrir les services dont les étudiants handicapés ont besoin" a déclaré Louis aux participants du forum. Il a ajouté que l'organisation avait entrepris plusieurs démarches pour disséminer son message et se faire connaître des étudiants handicapés. En plus de son Site Web, l'organisation a placé une annonce dans une publication distribuée à plus de 25,000 nouveaux étudiants universitaires. Ces efforts ont eu des résultats: le basin des membres de l'ADEHUL est passé de 12 à 43 étudiants au cours de l'année dernière.

Chris Gaulin

Chris, qui est aussi l'architecte du site web de NEADS, a parlé de son engagement envers les questions affectant les étudiants handicapés au Collège Dawson. Chris est membre du Conseil exécutif du syndicat des étudiants du Collège Dawson. Ce syndicat a réussi à faire entendre la voix des étudiants handicapés dans les plus hautes chambres du Conseil scolaire. Cette position a été créée pour un étudiant handicapé en 1988. Outre leur représentation au Conseil des étudiants, les étudiants handicapés du Collège Dawson ont leurs besoins pris en considération par l'Association des étudiants handicapés de Dawson et grâce à l'intervention d'un étudiant occupant le poste réservé aux étudiants handicapés au sein du département pour les étudiants handicapés.

Chris a annoncé que les étudiants handicapés du Collège Dawson ont réussi à obtenir de meilleurs locaux d'examen et même des espaces de bureau pour travailler. Ils cherchent aussi à réserver un ascenseur à l'usage des étudiants handicapés qui en ont besoin et de déloger les fumeurs de leur lieu de rencontre situé à côté d'une entrée au campus réservée aux personnes handicapées. Ils travaillent également à un autre projet important: la mise à jour du site web du collège pour le rendre accessible aux étudiants handicapés.

Chris a complété sa présentation en offrant un bref résumé du nouveau projet CampusNet de NEADS, puisqu'il a été responsable de la conception et du développement de celui-ci. The projet a créé un réseau collaborateur en-ligne pour les leaders étudiants ayant des incapacités afin qu'ils aient un endroit de rencontre virtuelle pour partager idées et services. CampusNet, a aidé l'AQEIPS à créer son propre site web. Des renseignements sur des groupes canadiens et des liens avec eux sont fournis sur ce site. CampusNet a été élaboré grâce à une subvention du Bureau des technologies d'apprentissage (BTA) du ministère du Développement des Ressources Humaines Canada (DRHC) et offrira bientôt un système de babillard afin de fournir un lieu de discussion sur des questions qui seront organisées par catégories.

Susan Vida

Susan a terminé la session sur le leadership étudiant en partageant son expérience en leadership étudiant tout d'abord en tant que personne engagée à défendre ses propres droits à une éducation accessible, puis en tant que représentante du Québec auprès de NEADS. Elle a décrit quelques-uns des projets et des activités-clé de l'Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e) au niveau postsecondaire.

Susan a commencé son travail avec NEADS et le leadership étudiant en 1996, après avoir assisté à une conférence organisée par l'Association à Toronto. Elle a mentionné qu'elle était venue à cette conférence en colère à cause des difficultés qu'elle avait à faire valoir ses droits pour obtenir des dispositions spéciales en vertu de son incapacité. Susan a servi NEADS en tant que représentante du Québec et a participé aux nombreuses activités de l'Association. Susan a informé le groupe que NEADS reçoit l'appui pour ses projets et pour le financement de l'organisation de la part du ministère du Développement des ressources humaines Canada. NEADS agit aussi en tant que conseiller auprès de ce ministère en ce qui concerne les questions affectant ses membres, siège sur plusieurs comités et participe à des consultations variées organisées par DRHC. Elle a encouragé les participants au forum à consulter les nombreux rapports et autres documents publiés par l'Association nationale des étudiant(e)s handicapé(e) au niveau postsecondaire. La plupart de ces documents sont postés sur le site web à www.neads.ca. Pour terminer, Susan a mentionné que l'élection du prochain Conseil d'administration de NEADS aura lieu à la prochaine conférence de NEADS à Ottawa, cet automne.

Suite aux présentations en panel et aux discussions en petits groupes, chaque groupe a apporté ses réponses à la série de six questions préparée pour la session. Ce qui suit est un résumé des idées et des préoccupations qui ont été exprimées durant cette étape du forum :

  • Accessibilité et disponibilité d'interprètes sont les deux problèmes que doivent confronter les étudiants qui étudient tard le soir.
  • En général, les étudiants handicapés qui sont en transition entre l'école secondaire et les institutions postsecondaires ne connaissent pas leurs droits.
  • Les étudiants handicapés doivent avoir des contacts avec les administrateurs scolaires afin que de l'argent mis de côté pour financer les besoins des étudiants handicapés soit dépensé avec sagacité.
  • Les nouveaux groupes de campus pour les étudiants handicapés doivent s'assurer d'être publicisé efficacement auprès des étudiants du campus, de manière à ce que ceux qui ont besoin de services savent qu'ils existent.
  • NEADS devrait offrir des bourses accessibles aux groupes d'étudiants sur les campus afin qu'ils puissent atteindre leurs objectifs.
  • Concordia a rencontré des problèmes lorsqu'un groupe d'étudiants handicapés a voulu s'organiser, parce que les "étudiants étaient déconnectés les uns des autres".
  • À Concordia, les étudiants handicapés sont aussi confrontés à des problèmes d'accessibilité physique, des problèmes avec l'efficacité des systèmes de transport en autobus et en navettes. Il existe aussi un manque d'information au sujet de la technologie disponible pour les étudiants handicapés et sur leur utilisation.
  • L'Association des étudiants handicapés du collège Dawson est restée inactive depuis quelque temps mais un certain nombre d'étudiants sont intéressés à rendre le groupe plus actif. Les membres de l'association sont actuellement engagés dans des activités de sensibilisation auprès de la population du Collège.
  • Les étudiants intéressés à former un groupe pour les étudiants handicapés sur leur campus devraient consulter des organisations bien établies, telles que NEADS et les Centres locaux de vie autonome.
  • Les campus qui n'ont pas un assez grand nombre d'étudiants handicapés pour former leur propre groupe devraient essayer de se tourner vers les groupes établis au sein de la communauté afin que ceux-ci puissent les aider à répondre à leurs besoins.
  • Les écoles devraient tenir compte des étudiants handicapés présents sur le campus lorsqu'elles planifient des activités parascolaires et s'assurer que ces activités soient accessibles au plus grand nombre d'étudiants possible.
  • L'excuse souvent avancée que l'argent n'est pas disponible pour les étudiants handicapés n'est pas toujours crédible. Les institutions devraient examiner de plus près la manière dont ils peuvent redistribuer leurs fonds pour combler cette lacune et répondre aux besoins des étudiants handicapés.
  • NEADS devrait fournir une aide importante aux étudiants handicapés de Concordia, une fois qu'un groupe d'étudiant sera formé.
  • Il est important de sensibiliser le personnel académique aux besoins des étudiants handicapés.
  • Les étudiants handicapés devraient acquérir des compétences en matière de défense des droits, afin d'être en mesure de défendre efficacement leurs droits en milieu scolaire.

Atelier B: Emploi

Panel:

  • Frank Bouchard, Camo pour personnes handicapés
  • Sandra MacInnis, Avantage Carrière
  • Marie-Pierre Olivier, Banque de Montréal
  • René Jolicoeur, GE Capital Assurance hypothécaire

Frank Bouchard

Frank Bouchard, Responsable de la stratégie jeunesse de CAMO, a lancé la session d'après-midi en expliquant ce qu'est CAMO, et ce qu'elle fait pour les personnes handicapées au Québec. L'acronyme CAMO signifie comité d'adaptation de la main-d'œuvre pour personnes handicapées. CAMO est un programme d'emploi et de formation provincial, recevant un appui financier du ministère du Développement des ressources humaines Canada et d'Emploi Québec. CAMO travaille à identifier les obstacles qui confrontent les personnes handicapées en milieu de travail. Elle collabore avec d'autres organisations de la province, mène des recherches et entreprend des activités de sensibilisation. CAMO a mis en œuvre une Stratégie jeunesse basée sur une étude menée à travers le Québec, qui a identifié les obstacles que doivent confronter les jeunes handicapés aussi bien à l'école que lorsqu'ils se retrouvent en milieu de travail. CAMO a également créé des vidéos pour les étudiants de secondaire et des publications pour les employeurs qui explorent les questions d'accommodations et proposent des solutions en matière d'accessibilité.

Frank a informé le groupe que bien que CAMO n'aide pas directement les jeunes à trouver de l'emploi, elle peut diriger les gens dans la bonne direction afin de faciliter leur recherche d'emploi. L'organisation a compilé des listes d'étudiants qui peuvent agir en tant que personnes-ressources pour ceux qui veulent trouver des emplois d'été ou qui se cherchent un premier emploi. CAMO offre aussi un Fonds d'intégration, qui est la version québécoise du Fonds d'intégration des personnes handicapées du gouvernement fédéral. Ce fonds accorde des contributions aux employeurs qui servent à payer les salaires ou à acheter des technologies adaptées. Il a terminé sa présentation en encourageant les jeunes handicapés qui avaient besoin d'aide pour trouver de l'emploi à contacter CAMO directement ou par le biais du son site web à: www.camo.qc.ca Des trousses d'information sur CAMO, ses programmes et ses recherches étaient disponibles sur les tables dans la salle.

Le paragraphe suivant énonce la mission de CAMO, qui a été extraite de son site web:

La mission du comité d'adaptation de la main-d'œuvre pour personnes handicapées ( CAMO ) consiste à l'élaboration et mise en œuvre, (en étroite collaboration avec les associations et les regroupements d'associations de personnes handicapées, le mouvement syndical, les entreprises et les associations d'entreprises ainsi que les organismes et les ministères concernés), d'une stratégie d'intervention pour favoriser l'accès au marché du travail et assurer le maintien en emploi des personnes handicapées.

Sandra MacInnis

Sandra MacInnis, Directrice des communications, a offert une perspective générale du programme Avantage carrière, puis a donné des informations plus détaillées sur le programme Avantage Sans Limites (Programme pour les personnes handicapées), qui est un programme de stage pour les jeunes handicapés. Elle a aussi parlé de certaines questions reliées au soutien dont les jeunes handicapés ont besoin lors de leur recherche d'emploi, qu'elle a elle-même eu l'occasion d'aborder dans son travail avec l'organisation.

Avantage Carrière a été lancé à l'automne 1996. C'est un organisme national fournissant une expérience de travail valable reliée à une carrière par le biais de stages passés au sein d'entreprises canadiennes qui ont du succès.

Des dirigeants d'entreprises canadiennes engagés à contribuer de manière significative à renforcer les possibilités d'emploi pour les jeunes diplômés de niveau universitaire, collégial ou secondaire, sont à l'origine d'Avantage Carrière. L'objectif visé : lorsque les jeunes ont terminé leurs études, ils peuvent acquérir l'expérience professionnelle et les compétences nécessaires pour percer le marché du travail au Canada.

Avantage Carrière a développé un programme de stages visant à aider les diplômés handicapés de niveau universitaire, collégial ou secondaire. Cette initiative qui porte le nom d'Avantage Sans Limite. Avantage Sans Limite, reçoit une aide partielle du ministère du Développement des ressources humaines Canada (DRHC). Ce programme a été tout d'abord lancé comme projet-pilote avec le concours de cinq compagnies du secteur des services financiers de la région de Toronto : Banque of Montréal, CIBC, Banque de Nouvelle-écosse, Banque Toronto Dominion et Banque Royale. Plusieurs autres compagnies se sont maintenant jointes à ces institutions financières. Aujourd'hui, le programme est disponible dans six villes-pilotes à travers du Canada : Halifax, Toronto, Montréal, Ottawa, Calgary et Vancouver.

Sandra a souligné que les candidats handicapés sont aussi les bienvenus au programme Avantage carrière. Le programme Avantage sans limites offrent cependant la priorité et un plus grand soutien et priorité aux participants handicapés. L'expérience a démontré que ce programme de stages intéressent particulièrement les personnes qui possèdent l'énergie et l'assurance de prouver leur valeur professionnelle.

Sandra a confié au groupe qu'il y avait grand besoin d'augmenter le nombre de projets axés sur la formation pour l'emploi desservant les étudiants handicapés. Elle a jouté qu'il y avait également grand besoin d'améliorer la mise en œuvre des "modes coopératifs", et d'encourager la participation de l'industrie afin de créer des débouchés d'emploi. Elle a relevé que les employeurs doivent s'ouvrir davantage au changement et aux différences culturelles.

Avantage sans limite est une composante du programme Avantage carrière, conçue pour les étudiants handicapés. Ce programme s'associe avec des employeurs et des organisations telles que le ministère du Développement des ressources humaines Canada (DRHC) pour créer offrir des stages rémunérés aux étudiants handicapés. Sandra a déclaré que les postes obtenus par le biais d'Avantage sans limite offrent une rémunération de 1 500$ par mois et permettent aux stagiaires de consolider leur estime de soi, de mieux comprendre les compétences qu'ils possèdent, de se constituer un réseau et d'acquérir les habiletés et la formation dont ils ont besoin pour réussir dans leur carrière. Le programme fournit une assistance aux stagiaires par le biais d'une ligne sans frais 1-800, d'un site Web très informatif et d'une publication envoyée à tous les participants. Les stagiaires doivent signer un code de conduite avant de commencer le programme.

Selon Sandra, 73 pour cent des stagiaires du programme ont obtenu des postes avec leur employeur une fois leur stage terminé, et de nombreux autres stagiaires qui n'ont pas obtenu de position avec leur employeur ont trouvé un travail similaire avec d'autres organisation quelques mois après la fin de leur stage. De nombreux étudiants ayant participé au programme ont transmis des commentaires positifs sur leur expérience. Sandra a terminé sa présentation en encourageant les étudiants dans la salle à visiter le site web www.abilityedge.org pour des informations supplémentaires au sujet des stages.

Marie-Pierre Olivier

Marie-Pierre Olivier est directrice du département de la Diversité et de l'équité de la Banque de Montréal, pour les provinces du Québec et de l'Atlantique. Elle a parlé de plusieurs programmes et projets de la banque. Elle a dit que la Banque de Montréal avait un personnel diversifié et qu'elle s'assure que tous les employés sont traités de la même manière. "Il est important que notre personnel soit à l'image de notre clientèle," a-t-elle affirmé.

La Banque de Montréal participe au programme Avantage carrière/Avantage sans limite, et offre des stages aux étudiants handicapés au sein de la compagnie. Elle a déclaré que l'opportunité de travailler avec des stagiaires avait apporté des avantages significatifs à la banque. Les six mois de stage permettent aux participants de se familiariser avec la Banque de Montréal et ses activités, et il est donc logique d'offrir, dans la plupart des cas, d'offrir un poste aux étudiants une fois le stage terminé. Marie- Pierre a affirmé que le taux de placement des stagiaires du programme Avantage carrière dans des postes à plein temps à la Banque de Montréal est de plus de 80 pour cent.

Marie-Pierre a dit que la Banque de Montréal répond aux besoins des employés handicapés par le biais de son Fonds équité au travail qui fournit, par exemple, des interprètes et des postes de travail adaptés. En outre, le laboratoire de la banque à Toronto fait l'essai des systèmes à l'usage des personnes handicapées pour s'assurer qu'ils sont compatibles avec les besoins de celles-ci. De la documentation au sujet des programmes de la Banque de Montréal était disponible sur l'une des tables d'information.

René Jolicoeur

René Jolicoeur est Responsable de l'embauche avec le Secteur de financement de l'équipement de GE Capital Canada. Il a décrit les opérations de la compagnie et ce que celle-ci recherche lorsqu'elle embauche de nouveau employés. La compagnie est une large corporation englobant divers secteurs, entre autres les finances, les systèmes médicaux, les médias, l'immobilier. Chaque secteur composant la compagnie mère GE travaille de concert, partageant idées et expériences, et essayant d'améliorer l'ensemble de ses opérations. La compagnie possède également une " Université GE ", où les employés peuvent acquérir des techniques et de la formation spécialisées.

René a confié, que lorsqu'il embauche, il cherche à cerner les compétences qu'il serait capable de développer chez un employé potentiel et qui pourraient servir les besoins de la compagnie, plutôt que se confiner aux compétences que le candidat a acquis dans son emploi précédent. Il a dit que GE plaçait une grande valeur sur l'honnêteté, la créativité, l'énergie et la capacité à mener une tâche à bien. Il essaie d'évaluer le potentiel du candidat dans le cadre de ces valeurs. En outre, la compagnie examine les accomplissements académiques et les autres aspects qui font qu'un candidat se distingue d'un autre. René a souligné qu'il était important qu'un candidat fasse un recherche sur la compagnie avant de venir à l'entrevue, et qu'il fasse preuve de confiance en lui-même, qu'il démontre ses capacités de leadership et ses compétences interpersonnelles.

La compagnie recrute de nouveaux talents sur les campus à travers le Canada et accepte des stagiaires pour différents programmes académiques, tel que l'ingénierie, les sciences informatiques et la gestion des affaires. Le "Canada est une grande source de talent," a déclaré René.

La modératrice, Susan Vida, a conclut les présentations en panel en soulignant aux participants que les étudiants pouvaient, outre les stages, obtenir une précieuse expérience de travail par le biais du bénévolat et en participant à des activités et des services communautaires. Ces expériences légitimes sont un atout de valeur sur les résumés.

Suite aux présentations en panel, les participants ont eu 15 minutes pour poser des questions aux panélistes. Ce qui suit est une liste sommaire de leurs réponses :

  • Frank Bouchard a répondu à un candidat qui demandait si les compagnies nationales pouvaient éviter de se conformer aux règlements provinciaux en matière d'égalité dans l'embauche. Il a affirmé que les compagnies nationales qui cherchaient à embaucher au Québec sont en général équipées pour chercher des candidats au niveau provincial, et qu'elles devaient donc se conformer aux règlements provinciaux.
  • Sandra MacInnis a dit au groupe que les compagnies intéressées à offrir des stages par le biais du programme Avantage carrière doivent s'assurer qu'elles possèdent les technologies adaptées appropriées. Le programme envoie des représentants dans les compagnies pour les aider à identifier les technologies dont elles ont besoin.
  • Sandra a répondu à un candidat qui demandait si les stages étaient offerts aux étudiants plus âgés. Elle a déclaré que bien que le financement accordé au programme par le ministère du Développement des ressources humaines Canada stipulait que les candidats admissibles devaient avoir entre 16 et 30, le programme lui-même n'avait pas de limite d'âge pour les stagiaires
  • Marie-Pierre Olivier a ajouté que la Banque de Montréal a accepté des stagiaires d'Avantage carrière qui avaient la quarantaine. Elle a aussi dit que la banque aide les stagiaires à apprendre à utiliser les technologies adaptées et que cela faisait partie de la formation qui leur était donnée.
  • René Jolicoeur a déclaré que GE avait souvent des emplois d'été disponibles et des stages coopératifs et que la compagnie recrutait pour ces deux types de postes par le biais des institutions postsecondaires.
  • Marie-Pierre a déclaré que la Banque de Montréal avait un programme coopératif d'été qui s'appelle Possibilités de carrière, et que les étudiants d'université étaient recrutés au cours de leur première année, puis invités chaque été à revenir jusqu'à l'obtention de leur diplôme. Un grand nombre d'entre eux sont ensuite embauchés une fois leur diplôme obtenu.
  • Frank a mentionné que CAMO avait un programme spécifiquement conçu pour aider les étudiants ayant des déficiences visuelles à obtenir un emploi d'été, et que CAMO travaillait très fort avec les personnes ayant des incapacités fonctionnelles à trouver un emploi.
  • Sandra a conseillé aux étudiants de garder leur résumé le plus bref possible - deux pages environ - et de l'adapter au poste spécifique pour lequel ils posent leur candidature. Elle a aussi souligné que, selon la loi, aucune personne n'est tenue de divulguer son incapacité lorsqu'elle pose sa candidature.
  • Marie-Pierre a appuyé les conseils de Sandra, ajoutant que les candidats devaient éviter de laisser de longs espaces de temps entre les emplois. Si vous ne mentionnez aucun emploi pour une période de deux ans, par exemple, l'employeur se demandera pourquoi.
  • René a dit aux participants que les personnes handicapées employées par GE ont en général les mêmes opportunités que les personnes non handicapées. En ce qui concerne la permanence d'emploi et la promotion au sein de la compagnie. Il a ajouté que de directeur des services de taxation utilise un fauteuil roulant et que cela ne l'a "jamais empêché d'obtenir des promotions".

Suite à la période de questions, les participants ont été divisés en petits groupes de discussions pour examiner une série de questions préparée pour la session. Ce qui suit est un résumé des idées et des préoccupations découlant de cette activité :

  • Les étudiants handicapés qui tentent d'entrer dans le monde du travail doivent confronter des obstacles tels que les attitudes négatives de la part des employeurs, le manque d'accès à des modes de transport adapté et le manque d'accès aux ressources permettant d'adapter les milieux de travail.
  • Ces obstacles peuvent être allégés en créant des programmes d'emploi axés spécifiquement sur les personnes handicapées et en éduquant les employeurs sur les meilleures façons de travailler avec des employés handicapés.
  • Les employés handicapés devraient informer les employeurs au sujet de leur incapacité, afin de s'assurer qu'ils puissent bénéficier de technologies adaptées appropriées.
  • Le problème avec les programmes d'appui financier que les compagnies peuvent obtenir pour embaucher des personnes handicapées, repose sur le fait que lorsque ce soutien financier cesse après plusieurs mois ou une année, ces mêmes compagnies peuvent alors choisir de ne plus garder ces employés sur leur propre liste de salaires.
  • L'un des participants a rapporté qu'on lui a refusé les accommodations dont il avait besoin lors de son entrevue.
  • Les candidats handicapés devraient essayer d'envisager ce qu'un emploi signifie pour eux en terme de besoins et la meilleure façon dont ils peuvent accomplir ce travail. Ils seront ainsi en mesure de renseigner sur ce dont ils ont besoin pour être efficace dans leur travail.
  • Certains participants ont déclaré qu'ils croyaient que les compagnies sous jurisdiction fédérale ainsi que les compagnies de plus grande taille et plus riches étaient plus enclines à offrir des technologies adaptées que les petites entreprises.
  • De nombreux étudiants ont dit que l'information et les ressources qui ont été présentées au cours de la session leur seraient précieuses dans leur recherche d'emploi.
  • CAMO devrait offrir ses ressources et ses informations en anglais, pour que les étudiants anglophones puissent utiliser les ressources de l'organisation.
  • Un autre obstacle que doivent confronter les étudiants handicapés lorsqu'ils entrent sur le marché du travail est le fait qu'un grand nombre d'entre eux prennent plus de temps pour terminer leurs études. Lorsqu'ils ont fini l'école, ils sont plus vieux que leurs pairs et n'ont encore que très peu ou pas d'expérience de travail.
  • Les étudiants handicapés devraient faire des stages et du bénévolat pour obtenir de l'expérience de travail.
  • De nombreux programmes conçus pour appuyer financièrement des opportunités d'emploi pour les personnes handicapées ne s'appliquent pas vraiment aux personnes ayant des troubles d'apprentissage, ce qui limite leurs possibilités d'emploi.
  • Le nombre croissant de postes qui sont annoncés seulement sur l'internet pose un problème aux personnes handicapées qui n'ont pas accès à l'internet.
  • Il devrait y avoir davantage de foires à l'emploi axées spécifiquement sur les personnes handicapées.
  • Des programmes qui arriment les personnes handicapées qui ont un emploi avec les étudiants handicapées seraient utiles.
  • Les Québécois ont des programmes grâce auxquels ils peuvent demander de l'équipement adapté, et les employeurs n'ont donc pas toujours à fournir cet équipement. Mais l'acquisition d'équipement plus récent par le biais de ces programmes pose souvent un problème.
  • L'acquisition d'expérience par le biais de travail à temps partiel peut être problématique, car certains employeurs ne veulent pas fournir de l'équipement adapté pour des périodes aussi courtes.



Haut

All contents copyright ©, 1999-2017, National Educational 
Association of Disabled Students. All rights reserved.